[Arte] Chinatown Ce soir

Les films noirs qui passent actuellement à la télévision ou au cinéma
Répondre
Avatar du membre
Personne
Messages : 8359
Enregistré le : 15 janv. 2005, 16:10
Localisation : Atlantic City

[Arte] Chinatown Ce soir

Message par Personne » 03 déc. 2006, 09:25

Si vous ne l'avez pas vu, ne le ratez pas! :wink:



Image



20.40 Chinatown

Dans le Los Angeles des années 30, Jack Nicholson enquête sur une sombre affaire de meurtre, d’inceste et de corruption. Polanski réussit un hommage au film noir devenu lui-même un classique du cinéma.





Voir également: notre cycle Polanski



Film de Roman Polanski

(États-Unis, 1974, 2h05mn, VF)

Scénario : Robert Towne et Roman Polanski Avec : Jack Nicholson (J. J. Gittes), Faye Dunaway (Evelyn Mulwray), John Huston (Noah Cross), Roman Polanski (l’homme au couteau), Perry Lopez (Escobar), John Hillerman (Yelburton), Darrell Zwerling (Hollis Mulwray) Image : John Alonzo ; Montage : Sam O’Steen ; Musique : Jerry Goldsmith Production : Robert Evans, Long Road Productions, Paramount, Penthouse Oscar du scénario 1975



Los Angeles, dans les années 30. Détective privé et individu sans grande consistance, J. J. Gittes est spécialisé dans les affaires d’adultère. Engagé par une très belle femme, Evelyn Mulwray, il est bientôt entraîné dans une sombre histoire de meurtre lié à des escroqueries immobilières et à des détournements de fonds. Un petit truand sadique (le cinéaste lui-même, très convaincant dans le rôle) lui taillade la narine pour l’empêcher de se mêler de ce qui ne le regarde pas… L. A. Confidential



Avec son scénario embrouillé, en forme d’hommage aux intrigues à tiroirs de Raymond Chandler, Chinatown reste comme l’un des meilleurs films policiers des années 1970. La performance des acteurs est impressionnante et le cinéaste parvient à recréer l’atmosphère des films noirs de la grande époque. Chinatown fut sélectionné au total pour onze Oscars, dont celui du meilleur film.

T.V

En effet...

Message par T.V » 20 juin 2007, 01:52

... Ce film qui n'épouse le genre du film noir que pour mieux transgresser ses règles s'avère d'un intelligence et d'un pessimisme peu communs dans le champ des grosses productions américaines.



Pour les intéressés, vous trouverez une critique détaillée de ce film et du tour de passe-passe qu'il opère à cette adresse : http://cheminloin.blogspot.com/

Répondre