L'auto sanglante - Code Two - 1953 - Fred M. Wilcox

Liste des films critiqués
Répondre
kiemavel1
Messages : 438
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

L'auto sanglante - Code Two - 1953 - Fred M. Wilcox

Message par kiemavel1 » 15 août 2019, 21:43

Image
À l'Académie de police de Los Angeles, les nouvelles recrues Chuck O'Flair, Harry Whenlon et Russ Hardley deviennent amis au cours de la formation. Après que tous trois aient obtenus leur diplôme et soient entrés en fonction, la routine de leurs affectations respectives et la rencontre fortuite avec un policier de l'escouade motocycliste entraînent les 3 amis à compléter leur formation pour devenir eux aussi policiers à moto. Une fois diplômés, une nuit, stationnés à un carrefour, Chuck et Harry voient un camion passer en excès de vitesse. La moto de Chuck refusant de démarrer, bien qu'en fin de service, c'est Harry qui prend en chasse le camion afin de le contrôler. Lorsqu'il demande à voir le chargement, il est violemment frappé par un des chauffeurs avant d'être écrasé par le camion qui prend la fuite. Se sentant responsable de la mort de son ami, Chuck demande à participer à l'enquête afin de retrouver ceux qu'il prend pour de simples chauffards ...
Image
Un court (1h09) film policier à petit budget (tournage en 12 jours) très sympathique mettant au premier plan une catégorie de policiers peu montrée à l'écran : les motards. Il était d'ailleurs un peu plus dans l'air du temps de cibler un public d'jeunes, épris de liberté et « d'idéal vroum vroum » (co. P. Desproges) plutôt que de donner la vedette à des flics motorisés (1), sous catégorie du film policier comptant une poignée de petits films et celui ci – malgré sa modestie - semble le plus regardable.
D'ailleurs, le personnage principal - remarquablement interprété par Ralph Meeker – n'est, au démarrage du film, pas si loin des personnages de rebelles de l'autre bord, de ceux que l'on verra bientôt (6 mois plus tard) sur les écrans, dans L'équipée sauvage. C'est son parcours, du jeune frondeur adolescent au jeune adulte responsable, qui fait l'un des principaux intérêts du film. Cela dit, c'est à ces 3 cadets de la police que l'on s'attache tant leur personnalité ont été assez bien préméditées. J'ai déjà évoqué Chuck, le jeune homme hâbleur, sûr de lui jusqu'à l'arrogance, charmeur et séducteur entreprenant … Les autres sont Russ (Robert Horton), l'homme plus mur et déjà marié et Harry (Jeff Richards), le jeune homme tranquille, effacé et timide avec les femmes.
Image
Une bonne moitié du film nous montre de manière presque documentaire leur formation, d'abord l'initiale, puis, plus longuement, celle spécifique des motards. On ne nous épargne pas le cliché de l'instructeur (le Sgt. Jumbo Culdane interprété par Keenan Wynn) dur mais au fond brave type qui sait repérer – quitte à affronter sa hiérarchie - derrière la forte tête (Chuck), l’élément de valeur et le former. Leur « affrontement » donne quelques séquences amusantes (Chuck prend quelques leçons qui refrènent son tempérament) et surtout leurs sorties à moto sur des terrains accidentés sont assez spectaculaires et il semblerait qu'au moins une partie de ces séquences aient été réalisé sans faire appel à des cascadeurs. Ces séquences, ainsi que celles montrant les progrès faits par les cadets pour domestiquer leur engin sur les pistes du centre de formation (ainsi que plus tard une longue course poursuite entre un camion et une moto) vont plus particulièrement faire plaisir aux amateurs de gros cubes vintage (différents modèles de Harley)
Image
L'enquête policière est, elle, originale, dans le sens où il n'y en a pas vraiment (mais je n'en dis pas plus). Évidemment, la confrontation entre les tueurs et les amis du motard exécuté a bien lieu et cet épilogue est même assez violent, bien conduit et sa localisation dans un abattoir clandestin fourni un décor singulier à ce règlement de compte final qui se passe au milieu de carcasses de bovins pendues à des crochets de boucher … avec à proximité un bassin d'acide plein de promesse ^^
Image
Cela dit, ce qui fait vraiment le prix de ce petit film, c'est le solide travail de caractérisation des personnages pour un film de ce métrage. Des tas de petits détails sonnent très justes, telles les séquences illustrant de manière très simple mais « naturaliste » la relation d'amitié entre les 3 cadets : dans un bar, au cours d'une soirée barbecue, au bal de la promotion, etc … de même que les petites touches permettant d'ajuster l'image que l'on aura pu se faire de Chuck : lorsqu'il s'invective lui-même pour avoir blessé sans le vouloir son ami Harry et s'en veut d'avoir une fois de plus ouvert sa « grande gueule ». Ce que ce même Chuck dit à plusieurs reprises au sujet de ses motivations simplettes – mais qui font « vrai » - qui le poussent à vouloir devenir motard. De plus, même si les personnages féminins sont un peu sacrifiés à cette amitié, les 2 femmes jouent leur rôle dans cette histoire. L'une, Mary (Sally Forrest), l'épouse de Russ, est la jeune femme prudente et protectrice (Russ n'ose pas lui dire qu'il a troqué son emploi monotone pour un poste de motard plus exposé) mais sa sœur Jane (Elaine Stewart) a un rôle plus important puisqu'elle est draguée de manière très directe par l'extraverti Chuck … tout en préférant le timide Harry. La rivalité amoureuse divisant les amis, c'est comme l'instructeur « peau de vache » et d'autres aspects du film mais ici tous ces lieux communs restent intéressants tant ils sont traités avec un minimum d'originalité.
Image
Donc, à classer dans la catégorie : pas indispensable … mais qui mérite le déplacement. Vu (à peu près) en vost.
Des années 30 aux années 50, à ma connaissance, seulement quelques films ont mis au premier plan des policiers motorisés, le moins inconnu étant un tout petit film de Sam Newfield : Motor Patrol avec Don Castle. Plus tard, la télévision s’est un peu rattrapée avec la série : Chips (années 80) mais je n'en garde pas un très bon souvenir et je l'ai, à vrai dire, très peu regardée.
Image
Image
Image
Modifié en dernier par kiemavel1 le 15 août 2019, 22:04, modifié 1 fois.

kiemavel1
Messages : 438
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: L'auto sanglante - Code Two - 1953 - Fred M. Wilcox

Message par kiemavel1 » 15 août 2019, 21:55

Pour ne pas déroger à mon habitude, moins de texte … plus de filles ^^
En l'occurrence, les deux premiers rôles féminins : la trop rare Elaine Stewart

Image
Image

et Sally Forrest :

Image

pas de comparaison possible avec les routiers "de la mort"

Image

Avatar du membre
chip
Messages : 800
Enregistré le : 17 avr. 2007, 21:04

Re: L'auto sanglante - Code Two - 1953 - Fred M. Wilcox

Message par chip » 16 août 2019, 10:38

Autre polar ayant un motard de la police pour héros, l'intéressant " Midnight story " (rendez-vous avec une ombre)(1957) qui vient de sortir, il y a peu, en dvd, mais là Tony Curtis remise vite la moto pour infiltrer la famille du suspect...jamais vu " Code two ", mais la présence de Ralph Meeker et surtout d' Elaine Stewart fait envie.

kiemavel1
Messages : 438
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: L'auto sanglante - Code Two - 1953 - Fred M. Wilcox

Message par kiemavel1 » 16 août 2019, 20:49

chip a écrit :
16 août 2019, 10:38
Autre polar ayant un motard de la police pour héros, l'intéressant " Midnight story " (rendez-vous avec une ombre)(1957) qui vient de sortir, il y a peu, en dvd, mais là Tony Curtis remise vite la moto pour infiltrer la famille du suspect...jamais vu " Code two ", mais la présence de Ralph Meeker et surtout d' Elaine Stewart fait envie.
Ah oui. J'avais totalement oublié que Tony était motard de la police là dedans. Mais effectivement, c'est au début du film … IL me semble même que durant le générique, on le voit sur sa bécane ?
Je n'ai pas encore acheté le DVD mais je vais le faire. C'est un bon souvenir pour ma part. D'ailleurs, si le film n'a pas été présenté ici, je vais rapatrier un texte ancien, même s'il aurait mieux fallu revoir le film … voire - du coup - éventuellement mon avis sur celui ci.
Mais c'est pour la bonne cause : une bonne critique pourrait inciter quelques acheteurs à passer à la caisse … et d'ici à l'année prochaine, l'éditeur satisfait nous sortirait ainsi 50 films noirs de plus. J'y crois !

Répondre