Miracle à Cupertino / Rivalités (Where love has gone) 1964 * Film Noir CineFaniac - Tout sur les films noirs

Miracle à Cupertino (Where love has gone) 1964

Titre Français alternatif : Rivalités
Pays : États-Unis (1H51) Couleurs
Réalisateur : Edward Dmytryk
Acteurs : Susan Hayward, Bette Davis, Mike Connors, Joey Heatherton, Jane Greer, DeForest Kelley, George Macready, Anne Seymour, Willis Bouchey, Walter Reed, Ann Doran, Bartlett Robinson, Whit Bissell, Anthony Caruso
Producteur : Joseph E. Levine
Scénariste : John Michael Hayes
Directeur de la photographie : Joseph MacDonald
Composition musicale : Walter Scharf

Genre complémentaire : Drame
Résumé : As de l'aviation, Georges Miller a fait un mariage d'amour en épousant Valérie Hayden. Mais la mère de cette dernière, à force de s'immiscer dans la vie du couple, brise leur union et les mène au divorce. Dix ans plus tard, George apprend que Dani, la fille de Valérie, vient de tuer l'amant de son ex-femme et il accourt. Mineure, Dani doit passer devant le juge des enfants et Georges va lui rendre visite chaque jour et comprend que toute la vérité n'a pas été dite.
Lieu de tournage : San Francisco International Airport, Aéroport D'Ontario, Vallejo Street, Pacific Heights, Paramount Studios, San Francisco, Etats-Unis

Informations complémentaires : L'avion du film (B-17G) vient du Air Museum d'Ontario
Sortie France : 21/04/1965
Sortie Etats-Unis : 02/11/1964

Devenez membre pour ajouter votre note !

Votre collection


Merci à LE WILL pour son aide !

Les critiques






Where love has gone, Miracle à Cupertino / Rivalités, 1964, Susan Hayward, Bette Davis, Mike Connors, Joey Heatherton, Jane Greer, DeForest Kelley, George Macready, Anne Seymour, Willis Bouchey, Walter Reed, Ann Doran, Bartlett Robinson, Whit Bissell, Anthony Caruso, Edward Dmytryk, cinéma, cinefaniac, action, aventures, comédie, guerre, noir, comédie musicale, western, critique, base de données, Miracle à Cupertino / Rivalités DVD, Where love has gone DVD, DVD, Miracle à Cupertino / Rivalités critique, Where love has gone critique, Edward Dmytryk critique

FORUM

Forums

RÉSEAUX SOCIAUX

© CineFaniac 2005 - 2020