À l'Ouest de l'Eldorado (West of El Dorado) 1949 * Western CineFaniac - Tout sur les western

À l'Ouest de l'Eldorado (West of El Dorado) 1949

Pays : États-Unis (0H58)
Réalisateur : Ray Taylor
Acteurs : Johnny Mack Brown, Max Terhune, Reno Browne, Teddy Infuhr, Milburn Morante, Terry Frost, Marshall Reed, Boyd Stockman, Kenne Duncan, Bud Osborne, William Bailey, Artie Ortego, Bill Potter, Bob McElroy, Bob Woodward
Producteur : Barney A. Sarecky, Steve Broidy
Scénariste : Adele Buffington
Directeur de la photographie : Harry Neumann
Composition musicale : Edward J. Kay
Montage : John C. Fuller
Décors : Vin Taylor

Studio : Monogram Pictures

Résumé : Johnny Mack retourne à Mesa city. Son ami, Alibi, lui remet une lettre de Mary, petite-fille de Brimstone, lui demandant de se réconcilier avec son grand-père et de lui venir en aide pour sauver son ranch. En chemin, Johnny tue Steve Dallas après que celui-ci ait tué le conducteur de la diligence qu'il dévalisait. Alors que Johnny est accusé d'avoir tué Dallas sans raisons par le jeune frère du hors-la-loi, les complices de Dallas font irruption dans le ranch familial...

Informations complémentaires : Sortie États-Unis : 05/06/1949.

Film inédit à Paris. Distribué en province comme film de complément. Sortie France : 20/06/1952 (date à confirmer).


Tournage : avril 1949.


Format : 1.37 : 1
N & B
Mono (Western Electric Recording)

Sur les forums

Critiques sur le forum

Devenez membre pour ajouter votre note !

Votre collection


Merci à pak pour son aide !

Les critiques






West of El Dorado, À l'Ouest de l'Eldorado, 1949, Johnny Mack Brown, Max Terhune, Reno Browne, Teddy Infuhr, Milburn Morante, Terry Frost, Marshall Reed, Boyd Stockman, Kenne Duncan, Bud Osborne, William Bailey, Artie Ortego, Bill Potter, Bob McElroy, Bob Woodward, Ray Taylor, cinéma, cinefaniac, action, aventures, comédie, guerre, noir, comédie musicale, western, critique, base de données, À l'Ouest de l'Eldorado DVD, West of El Dorado DVD, DVD, À l'Ouest de l'Eldorado critique, West of El Dorado critique, Ray Taylor critique

© CineFaniac 2005 - 2020