Marathon Man 1976


Genre complémentaire : Espionnage
Résumé : À New York, un accident de voiture cause la mort de deux personnes, dont le frère d'un ancien criminel de guerre nazi caché en Amérique du Sud, Christian Szell, qui se trouvait aux États-Unis afin d'y récupérer un vieux trésor de guerre. Cet accident va avoir des répercussions collatérales sur le quotidien tranquille de Thomas Levy, brillant étudiant en histoire surnommé "Babe" par son entourage, et qui s'entraîne d'arrache-pied en vue de courir un marathon. En effet, son grand frère Henry "Doc" Levy, membre d'une organisation secrète du gouvernement américain, est dans la ligne de mire de Szell. Dès lors, "Babe" va devoir courir pour sauver sa peau...
Lieu de tournage : Arcadia, Paramount Studios, Hollywood, Los Angeles, Californie, Pound Ridge Reservation, Westchester County, Central Park, Manhattan, Queens, New York, Saint-Ouen, Seine-Saint-Denis, Paris

Informations complémentaires : Sortie États-Unis : 08/10/1976.

Sortie France : 22/12/1976 - Reprise : 26/05/2010.


Tournage début 10/1975 - mi 02/1976.


D'après le roman "Marathon Man" de William Goldman (Delacorte Press, New York, 1974), que l'auteur adapte lui-même en scénario.

En France, le roman parait sous le même titre aux éditions Denoël en 1975 (collection "Sueurs froides", traduction de Anne Villelaur). Réédition dans la collection "Le Livre de poche" en 1978 (n° 7419) puis aux éditions Milady en 2017.


Prix et nominations :

- British Society of Cinematographers 1976 : nomination pour le prix de la meilleure photo,

- Academy Awards 1977 : nomination pour l'Oscar du meilleur second rôle masculin (Laurence Olivier),

- BAFTA Awards 1977 : nominations pour les BAFTA du meilleur acteur (Dustin Hoffman) et du meilleur montage,

- Bambi 1977 (RFA) : Bambi de la meilleure actrice (Marthe Keller),

- David di Donatello 1977 : David du meilleur film étranger et du meilleur acteur étranger (Dustin Hoffman),

- Prix Edgar-Allan-Poe : nomination pour le prix du meilleur film,

- Golden Globes 1977 : Golden Globe du meilleur second rôle masculin (Laurence Olivier), nominations pour les Golden Globes du meilleur réalisateur, du meilleur acteur d'un film dramatique (Dustin Hoffman), du meilleur second rôle féminin (Marthe Keller) et du meilleur scénario,

- Writers Guild of America 1977 : nomination pour le prix du meilleur scénario adapté dramatique,

- Sinema Yazarları Derneği (SİYAD) 1981 (Turquie) : nomination pour le prix du meilleur film étranger (7ème place).


Le producteur Robert Evans était déterminé à faire jouer Laurence Olivier dans le rôle de Szell. Cependant, à l'époque, Laurence Olivier était atteint d'un cancer, il n'était pas assurable, et la Paramount Pictures refusa de l'engager. Evans a appelé ses amis Merle Oberon et David Niven pour organiser une réunion avec la Chambre des Lords. Là, il les a exhortés à faire pression sur la Lloyd's of London pour assurer celui qu'il considérait comme le plus grand acteur de Grande-Bretagne. Et il obtint gain de cause.

Laurence Olivier a joué le rôle du Dr Szell en partie pour obtenir beaucoup d'argent pour sa famille, car il s'attendait à mourir du cancer qui l'a fait souffrir tout au long du tournage, jouant son rôle tout en suivant un traitement qui comprenait de fortes doses d'analgésiques pour lui permettre de travailler tous les jours. Avec un traitement agressif, son cancer est entré en rémission, et l'acteur en est sorti guéri.


Roy Scheider a reçu le livre lors du tournage des Dents de la mer, et il a lu le livre en une nuit.


Lors de la scène de la baignoire, Dustin Hoffman a insisté pour qu'on lui oblige à rester sous l'eau aussi longtemps qu'il pouvait tenir pour le réalisme de la scène, qui a été recommencée plusieurs fois. À la fin des prises, l'acteur dû recevoir de l'oxygène.

Toujours pour s'imprégner du rôle façon Actor's Studio, Dustin Hoffman a perdu du poids et s'est mis à courir régulièrement pour se préparer au tournage.


Le rôle du frère du Dr Szell est interprété par Ben Dova, nom de scène de Joseph Späh. Joseph Späh était un artiste et acrobate de scène, mais surtout, c'était l'un des plus célèbres survivants de la catastrophe du Hindenburg survenue le 06/05/1937. Il fut même, un temps, soupçonné d'en être le responsable avant d'être innocenté par le FBI.


C'est le premier film à utiliser une Steadicam à sortir en salles. C'était le deuxième long métrage où Garrett Brown a utilisé sa nouvelle invention, le premier étant En route pour la gloire (Bound for glory, Hal Ashby, 1975), mais Marathon Man est sorti en premier. Garrett Brown recevra un Oscar en 1978 pour son invention.


Bien que l'avant-première du film à New York ait été un succès, celle de San Francisco ne s'est pas bien passée. Le public s'est plaint de la violence dans le film, alors le réalisateur John Schlesinger et le monteur Jim Clark ont ​​supprimé une scène vers le début du film dans laquelle "Doc" se bat contre des assassins ainsi qu'un gros plan sanglant, et coupèrent fortement les deux scènes de torture, au grand mécontentement du scénariste.


C'est le dernier vrai succès commercial de John Schlesinger. Doté d'un budget de 6,5 millions de dollars, les recettes américaines en rapportent 21 709 020.

En France, le film fait 1 083 591 entrées, dont 372 141 à Paris.


Format : 1.85 : 1
Metrocolor
Mono

Devenez membre pour ajouter votre note !

Votre collection


Merci à pak pour son aide !

Les critiques






Marathon Man, , 1976, Dustin Hoffman, Laurence Olivier, Roy Scheider, William Devane, Marthe Keller, Fritz Weaver, Richard Bright, Marc Lawrence, Allen Joseph, Lou Gilbert, Jacques Marin, James Wing Woo, Lotte Palfi Andor, Lionel Pina, Jamie Tirelli, Wilfredo Hernández, Fred Stuthman, Lee Steele, William Martel, Glenn Robards, Ric Carrott, Alma Beltran, Daniel Nunez, Anthony Pena, Chuy Franco, Billy Kearns, George Dega, Roger Etienne, Raymond Serra, Estelle Omens, Madge Kennedy, Shawn McAllister, Irving Metzman, Monty O'Grady, Mark L. Taylor, Treat Williams, John Schlesinger, cinéma, cinefaniac, action, aventures, comédie, guerre, noir, comédie musicale, western, critique, base de données, DVD, Marathon Man DVD, DVD, critique, Marathon Man critique, John Schlesinger critique

FORUM

Forums

RÉSEAUX SOCIAUX

© CineFaniac 2005 - 2023